Accueil > Au fil de la saison > Les marathons fleurissent au printemps

Les marathons fleurissent au printemps

mercredi 30 avril 2014, par Jean-Luc Favreau

Le retour du printemps donne traditionnellement des envies de marathon aux coureurs à pieds. Fidèles à cette tradition, plusieurs athlètes du club se sont alignés au départ des mythiques 42 kilomètres 195 mètres.

A Nantes, les coureurs n’ont pas eu le droit à des conditions météo printanières pour cette 37 ème édition du marathon. Des pluies torrentielles et de fortes bourrasques de vent ont en effet accompagnés les marathoniens tout au long de la matinée. Il fallait faire preuve de beaucoup d’optimisme et d’une excellente préparation pour affronter ces conditions difficiles. Mathieu Goin s’en est très bien sorti puisqu’il parvient à boucler sa course en moins de trois heures avec un chrono de 2 heures 56. Pierre-Yves Berhault a souffert sur la fin du parcours mais il parvient à améliorer son précédent chrono de 8 minutes en terminant en 3 heures 41 minutes.

Gilles Foucher avait fait le choix du changement pour son marathon de printemps puisqu’il était au départ à Azay le Rideau. Ce changement lui a réussi puisqu’il termine en 3 heures 21 minutes, très belle perfomance en catégorie V3 qui le qualifie largement pour le championnat de France.

Les plus frileux d’entre nous avaient décidé de descendre jusque dans la capitale espagnole pour courir leur marathon. Ils étaient quatre au départ à Madrid. Alain Renaux fait preuve d’une très grande régularité sur cette distance car il termine en 2 heures 42 minutes, prend la 49 ème place au général et celle de premier français de la course. Philippe Doineau qui revenait à la compétition après une longue interruption suite à une blessure a démontré qu’il était à l’aise sur 42 km puisqu’il réalise un chrono de 3 heures 16. Ronan Leost avait inscrit cette course dans le cadre de sa préparation aux 100 km de Chavagnes, son chrono de 3 heures 21 le satisfait pleinement étant donné les nombreuses bosses à franchir tout au long du circuit. Michel Le Mons a beaucoup moins apprécié le parcours vallonné tracé dans les rues de Madrid, il a bouclé son marathon en 3 heures 34 minutes. Johanne Favreau était également du déplacement mais s’était aligné sur le semi-marathon qu’elle a terminé en 2 heures et 19 minutes

Voir en ligne : ,

34 visites pour cet article.
SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0